>> Accueil > Page des anciens

Page des anciens

 LA PAGE DES ANCIENS

Voici le parcours de quelques élèves du collège après la 3eme, si vous aussi vous voulez raconter le votre ou si vous connaissez quelqu’un qui accepterait de le faire écrivez nous à anciensgiacometti@yahoo.fr

 

 Ousmane

 

Bonjour,

je suis actuellement en classe de terminale S au lycée Paul Bert, donc quand je suis rentré en seconde le niveau de la classe était bon à part en maths et en physique. Je m'en suis pas mal sorti, à la fin de l'année toutes les filières m'étaient ouvertes et j'ai choisi S car après le bac on peut presque tout faire toutefois si vous avez des notes correctes en maths et SES et H-G vous pouvez prendre la filière ES etc. Ensuite étant donné que nous étions moins en 1ère S on nous accordait plus de temps même si le niveau était plutôt élevé; au début de l'année j'avais du mal en SVT car vous allez apprendre une nouvelle méthode de rédaction pour un type d'exercices mais dès que vous avez compris ça passe tout seul. En fait au fil de l'année, vous allez trouver ça de + en + facile, personnellement c'était mon cas, en plus vous choisissez en 1 ère si vous souhaitez ou non redoubler.Après on arrive à la term S et là, ça ne rigole plus à part en SVT et les autres matières, les maths c'est dur; à l'heure où je vous parle j'ai déjà fait4 chapitres de maths et physique-chimie donc le rythme est violent mais il faut s'accrocher et à mon avis dès que vous trouverez votre rythme je pense que ça ira.

Voilà j'espère que je vous aurais aidé,bonne chance à tous les 3èmes.

 

 

 

Salima

 

Bonjour, 

 

Je suis une ancienne élève du collège Giacometti, actuellement en terminale. 

 

Cordialement Sali

 

 


Ilan

 

Bonjour,

 

Élève au collège Alberto Giacometti, j'ai eu mon brevet en juin 2008. J'ai continué mes études au Lycée Lavoisier (Paris 5ème), où j'ai passé un bac S option Physique-Chimie en 2011. J'ai ensuite rejoint les classes préparatoires du Lycée Fénelon (Paris6ème) en filière PCSI puis PC* (Physique - Chimie). Ce fut deux années très chargées au niveau du travail mais également très enrichissantes. On y découvre plein de choses et on y apprend à travailler efficacement. Une fois passés les concours, j'ai intégré l’École Centrale de Lille où je suis actuellement élève en deuxième année. Il s'agit d'une école d'ingénieur généraliste où il reste possible de choisir son orientation (Génie civil, Mécanique avancée, Génie électrique, Finance...). Parmi les multiples cursus, il est également facile de partir à l’international pour compléter notre formation d'ingénieur.

 

    Ilan

    Centrale Lille | Elève-Ingénieur en 2ème année

 

 

 

Loreleï

 

Bonjour! 

  Pour ma part, j'avais choisi de partir en filière générale plutôt qu'en technologique artistique.

  J'étais allée voir la COP du collège qui me l'avait conseillé. Résultat,je regrette. (Même si je sais que c'est moi qui ai choisi d'aller en filière générale) Je pense qu'il serait peut-être plus profitable de moins dire"la filière générale est mieux parce qu'elle offre plus de possibilités" parce que ça a trompé pas mal de gens, qu'ils soient allés voir une conseillère d'orientation ou qu'ils l'aient décidé tout seuls. 

  Après, il y a toujours moyen de rattraper le temps"perdu" mais bon. C'est dommage de se retrouver dans une filière quine nous correspond pas. 

  Sur ce, bonne journée, et j'espère que les prochains se débrouilleront mieux que moi!

 

Loreleï

 


Manu

Bonjour,

 

Après la 3ème, je suis allé au Lycée Fénelon (VI ème arrondissement de Paris) en seconde générale,  ensuite lors du passage de la seconde à la première, j'ai décidé de rejoindre la filière Scientifique.Suite à ces 2 années en S, j'ai passé mon baccalauréat, que j'ai obtenu avec mention.

Après de longues hésitations sur les différents cursus proposé sur APB, j'ai postulé et été accepté en Licence scientifique PCGI (Physique chimie Géoscience Ingénieur) à l'UPMC(Université Pierre et Marie Curie), afin de pouvoir d'ici quelques années intégrer l'ENAC ( École nationale de l'aviation civile).

Bonne chance à tous pour le choix de votre orientation.

 

Emmanuel

 

Céline

Je me présente,Céline, ancienne collégienne à Giacometti. J’ai actuellement 19 ans et je suis en L3 (3e année) en école d’architecture à Lyon, et en double cursus avec l’école d’ingénieur INSA à Lyon. Pour résumer mon parcours depuis que j’aiquitté le collège, après mon année de 3e je suis entrée au lycée général Louis-le-Grand (Paris Ve) et après mon baccalauréat scientifique j’ai intégré l’«ENSAL », Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon en double cursus, arrangé avec l’école d’ingénieur INSA(Institut National des Sciences Appliquées) en Génie Civil et Bâtiment.

Au début de ma 3e,je me posais la question de mon orientation en lycée ; même si certains de mes professeurs me le déconseillaient implicitement j’ai voulu tout de même découvrir l’univers des lycées professionnels, avec les visites de lycée qui étaient proposées. J’ai donc visité le lycée professionnel Léonard de Vinci,spécialisé dans les métiers du bois (menuisier, ébéniste, ...). Même si ce n’était pas une passion depuis longtemps ni un talent particulier chez moi,j’étais curieuse de connaître l’alternative au lycée général, où tout le monde veut aller. Ce n’est pas la voie que j’ai choisie, cependant après l’aperçu que j’ai pu avoir, j’ai remarqué que ce ne sont pas les passionnés de telle ou telle filière qui sont aiguillés vers tel ou tel lycée professionnel, mais plutôt ceux qui ne peuvent pas accéder à des lycées généraux. Je pense qu’il est important que les voies très spécifiques comme ébéniste ou hôtelier soient un choix de goût. Avoir des résultats suffisants pour intégrer le lycée général ne veut pas dire qu’on vas y plaire ou que les débouchés professionnels seront satisfaisants. J’invite tous les collégiens, du premier au dernier de la classe, à découvrir ce qu’il y a à faire dans l’univers des lycées professionnels, ne serait-ce que par curiosité. Qui sait, vous trouverez peut-être votre passion dans ses possibilités ! :)

Après avoir réfléchi et vu le choix de lycées que j’avais, j’ai finalement choisi le lycée général, étant très peu douée en tout ce qui relève de l’activité manuelle. J' en avais pas vraiment d’idée de ce que je ferais après le Bac mais je me disais que j’avais bien le temps de réfléchir à cela.

Je suis donc entrée en seconde générale au lycée Louis-le-Grand, assez spécial et que certains appellent « lycée d’excellence » parce qu’il est un des seuls, avec Henri IV, à pouvoir choisir ses élèves sur des critères différents de tous les autres lycées parisiens. Le rythme qu’on nous y impose est indéniablement plus rude que dans d’autres lycées, parce que le but, à la sortie de Terminale, est que les élèves soient prêts à affronter un rythme de classe préparatoire aux grandes écoles. Il a également un taux de réussite au Bac très élevé (100% la plupart du temps, parfois 98% ou 99% selon les années) et un grand nombre de mentions TB (85% en moyenne)

Même si je n’aime pas ce terme, il est évident que dans ce lycée on cherche à faire de nous les élites qui se débrouilleront mieux en classe préparatoire. La plupart des professeurs ne suivent pas le programme des manuels scolaires et ajustent leurs exercices pour que l’on ait une longueur d’avance sur les programmes de prépa.Par ailleurs, très peu d’aide à l’orientation est mise en place car c’est normal, après le bac, de faire uneprépa.

Après, il ne faut pas diaboliser ce système, parce que d’un autre côté on est très bien formés dans l’ensemble, et même quand les élèves ont un peu de mal ils ne sont jamais laissés au bord de la route : en première et en terminale, une classe de soutien est mise en place, dans laquelle les élèves sont moins nombreux que dans les autres classes et font un peu moins de hors programme, pour permettre à chacun de suivre. A l’opposé, une autre classe est faite pour ceux qui veulent absolument viser l’excellence, dans laquelle ils sont une quarantaine et au contraire font des chapitres très pointus dans les domaines scientifiques, pour arriver à presque terminer le programme d’une première année de prépa à la fin de la Tle. Au final, pour peu d’être motivé,chacun y trouve sa place ! Et l’ambiance parmi les élèves est très sympa,sans compétition.

De manière plus globale, la transition du lycée au collège a été un grand soulagement pour moi car nous étions très libres, autant à l’intérieur du lycée que pour en sortir ou y entrer : on ne nous demandait pas nos carnets, on pouvait aller librement dans les salles de classe pour travailler en groupe (ou même dessiner au tableau, mais chuut il ne faut pas le dire), les terrains de sport dans la cour étaient en libre accès tant qu’on ne faisait pas trop de bruit, et nous avions même une cafétéria.

Pour en revenir à mon parcours, j’étais gênée par le fait qu’on ne nous propose rien d’autre que les classes préparatoires et au début de mon année de 1ère je suis allée chercher de moi-même dans les salons de l’étudiant, centres d’orientation, ... plus d’informations sur la grande diversité d’études supérieures qui existaient. Je n’ai rien contre les maths et la physique, mais j’avais envie d’enrichir un peu mes études et de voir ce qui existait à côté : droit, art & musique, etc. Après avoir consulté beaucoup de conseillères et d’étudiants, je me suis penchée d’un peu plus près vers l’architecture, qui avait l’air d’être une voie à part. J’ai finalement choisi cette voie parce que l’on y travaille beaucoup de domaines différents : du dessin à la géométrie descriptive en passant par la physique structurelle et l’histoire, les domaines étudiés sont très variés.

Même si la plupart des écoles d’architecture françaises sont à Paris, j’ai choisi celle de Lyon en premier vœu car elle proposait un double cursus avec les écoles d’ingénieur lyonnaises Centrale, ENTPE et INSA, qui me permettrait d’utiliser tout ce que m’avait apporté mes années dans le Lycée Louis-le-Grand et de compléter ma formation d’architecte, qui offre en ce moment peu d’offres d’emploi, par un diplôme complémentaire d’ingénieur en bâtiment, qui me permettrait d’être plus polyvalente et de trouver plus facilement du travail, peut-être même d’être mieux payée.

Pour résumer, même si je n’ai pas ciblé l’architecture comme but dans ma vie depuis le collège(c’est le cas de plusieurs dans ma classe), et que mes choix se sont faits au fil du chemin sans avoir de but précis, j’ai quand même, à chaque étape d’« aiguillage », eu la volonté de savoir exactement où j’allais et pourquoi j’y allais. Ce qui fait qu’aujourd’hui j’ai l’impression d’être à ma place, et même si ce n’est pas facile tous les jours je suis satisfaite de ce que je fais.

 Au final, un projet professionnel c’est comme un projet d’architecture. Quand on commence on ne sait jamais où on va arriver,mais tant que chaque choix est pertinent et qu’on y réfléchit vraiment en pesant le pour et le contre, le résultat ne peut pas être inadapté.

Du coup si j’ai un conseil, et un seul, à vous donner, c’est de vraiment réfléchir, à chaque étape, à ce que vous voulez, et pourquoi. On ne peut pas vous dire « S c’est mieux parce qu’il y a plus de débouchés » ou bien « ES c’est mieux parce qu’on est mieux payés ensuite » ou encore « professionnel c’est mal parce qu’on n’a pas le choix après ». C’est à vous à choisir, mais seulement après avoir pesé le pour et le contre, dans votre propre cas et pour cotre propre vie.

 

Céline

Tag : anciens

Haut de page
Collège Alberto Giacometti - 7 rue du Cange - 75014 PARIS - Tél. 01.44.12.60.20 - Fax : 01.45.41.48.52
Accueil - Mentions Légales - Plan du site